Villages des Monts du Beaujolais - Loire


    De la plaine du Forez aux berges de la Loire, en passant par le Pays de Coise, avant de prendre de la hauteur avec les Montagnes du Matin ou les contreforts du Lyonnais, cette région n'en finit pas de surprendre par la richesse et la diversité de ses paysages et de son patrimoine.

    Villes et villages aux attraits multiples où la nature est encore intacte, sont autant d'atouts pour un promeneur à la recherche d'authenticité.

Site à découvrir :
http://www.le-lyonnais.org

Pouilly les Feurs (Photo Emile Taillefer) : cette ancienne cité médiévale fondée par les moines bénédictins de Cluny à partir de l'an 1000 et dominant la Loire, conserve ses petites ruelles, ses remparts et ses tours, ses portes de ville, son église romane classée monument historique. Le prieuré du XIVe et XVIe siècle en cours de restauration doit devenir le centre culturel polyvalent des Montagnes du Matin.
Lay : il s'agit d'un bourg paisible au riche passé avec son poste militaire romain. Aux XIIIe et XIVe siècles, ce fut une ville importante du Beaujolais qui constitua la quatrième prévôté des sires de Beaujeu, sa juridiction s'étendant sur sept paroisses voisines. Il faut y découvrir également le siège d'une châtellenie : en effet, au XIIe siècle, Lay appartenait à une puissante famille chevaleresque qui en porte le nom : les Aymon de Lay, célèbres par leurs conflits avec les abbés de Savigny.

 

Néronde (Photo Emile Taillefer) : la place forte du village où un château fort est élevé au XIe siècle, occupe une situation frontalière stratégique entre Forez et Beaujolais. Elle fut, de ce fait l'objet des convoitises des comtes du Forez et du Beaujolais qui se la disputèrent. Une enceinte fut élevée autour du village au XIVe siècle durant la guerre de Cent Ans. Aujourd'hui, il subsiste encore une porte de remparts, plusieurs murs et des vestiges de tours, et quelques belles maisons à colombages.
St Marcel de Félines (Photo Emile Taillefer) : installé aux confins des Montagnes du Matin et du Beaujolais, ce village est bien connu pour son importante manifestation pédestre du 1er mai rassemblant plusieurs milliers de participants et pour son riche patrimoine. Situé face aux monts du Forez, il a gardé son caractère d'antan. Le château s’y intègre parfaitement : en son cœur en étant proche de la place et de l'église, et en sa bordure en côtoyant les collines et vallons. Le château est une ancienne « maison forte » dont l’origine remonte au XIe siècle et qui n’a subi de transformation après le moyen-âge, qu’aux XVIe et XVIIe siècles.

Ste Colombe s/Gand : le village est situé au bord de la vallée du Gand et celle du Bernand, deux ruisseaux qui prennent leur source dans les collines avoisinantes entre cultures et forêts. Le bourg escarpé et allongé domine son église de forme ogivale datant du XIXe siècle, construite en contrebas, ainsi qu'un château du XIIIe siècle, ancienne propriété des sires de Beaujeu. La commune dispose aussi d'un viaduc, celui du pont Marteau construit pendant la première guerre mondiale par les prisonniers allemands.
St Victor s/Rhins : au XIIIe siècle, le bourg ne regroupait qu’une vingtaine de masures serrées contre un prieuré. L’ancien prieuré, construit dans la seconde moitié du XIe siècle, d’architecture romane, apparaît de l’extérieur comme un grand vaisseau flanqué sur l’un de ses petits côtés, à l’occident d’une tour carrée. De 1874 à 1877, une nouvelle église est construite pour accueillir la population de l’époque, toute catholique. Face à la Buffetière, le tilleul de Sully fait peine à voir avec son tronc tout bossu et presque exsangue. Il eût pourtant ses heures de gloire, il fut l’un des rares tilleuls des collines à défier le temps, quatre siècles durant. Le village possède une tuilerie qui a été récemment restaurée "le four Cabin". Il a gardé le nom du premier "tuilier" qui l’a construit en 1600.
http://www.stvictorsurrhins.fr