Villages du Haut Languedoc - Hérault


En Hérault, on désigne sous le nom de hauts cantons l'ensemble géographique formé par les Monts de l'Espinouse, le Haut Agout, la Raviège, la haute vallée de l'Orb et les avant-monts. L'Escandorgue marque la limite orientale des hauts cantons.

Une section de cette région est couverte par une moitié du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc.

Site à découvrir :
http://www.hauts-cantons.com

Roquebrun (Photo Emile Taillefer) : c'est l'un des plus jolis villages médiévaux de France : il est surnommé le Petit Nice en raison de son micro climat et de son terroir schisteux. Il a conservé jalousement des ruines féodales perchées du XIIe siècle et des moulins du XVIIe siècle en bordure de l'Orb où sont installées les maisons languedociennes.
http://www.roquebrun.fr
La Salvetat s/Agoût (Photo Emile Taillefer) : ce village ancien et charmant est placé sur les chemins de St Jacques de  Compostelle. Il est entouré par l'Agoût et repose sur un éperon rocheux de 700 mètres. Le vieux centre regorge de vestiges religieux et non loin de là se trouve le lac de Raviège pour les adeptes de nautisme.
http://www.salvetat-tourisme.fr

Le Caylar (Photo Emile Taillefer) : à 727 mètres d'altitude, la petite capitale du Larzac méridional commande l'entrée du plateau et plus largement l'accès aux grands causses. Elle est environnée d'étranges chaos de rochers dolomitiques ruiniformes. A voir l'arbre sculpté sur la place du village, de même que dans l'église le remarquable retable en pierre polychrome du XIVe siècle.
Olargues (Photo Emile Taillefer) : c'est un village classé parmi les plus beaux villages de France qui se dresse dans la partie montagnarde de l'Hérault, au bord du Jaur qui a creusé dans la roche une gorge aux versants abrupts. Les maisons s'étendent au sud du rocher jusqu'au bord de la rivière Le Jaur enjambée par le vieux pont du Diable du XIIIe siècle. Elles sont bâties en pierres du pays, coiffées de tuiles canal et se resserrent le long de ruelles pavées de galets, entrecoupées de pittoresques passages couverts.
http://www.olargues.org

En savoir plus sur ce village

Mourèze : le village pittoresque est situé au centre d'un cirque constitué d'un chaos de roches dolomitiques produit par l'érosion calcaire. Le village comprend les ruines du château perché du XVe siècle et une église gothique du XIIIe siècle. L'ensemble forme un très beau panorama.
Boussagues (Photo Emile Taillefer) : il s'agit d'un magnifique village fortifié ayant conservé de très belles maisons des XVIe et XVIIe siècles. Le bourg dispose également d'une église romane ravissante des XIIe et XIIIe siècles, un château fort et une tour. Dans le cimetière, il faut noter d'intéressantes stèles discoïdales remployées sur la clôture.
http://www.latoursurorb.fr

St Gervais s/Mare (Photo Emile Taillefer) : étape sur le chemin de Compostelle, ce vieux village possède une église au clocher roman du XIIe siècle. Il faut jeter un coup d'oeil aux ruines de l'ancienne église St Pierre de Neyran et à la chapelle des Pénitents du milieu du XVIIIe siècle qui possède un intéressant retable et tableaux avec blasons. Ce village est aussi le point de départ d'agréables balades.
http://www.stgervaissurmare.fr
Pégairolles de l'Escalette (Photo André Boucq) : au creux de la vallée, le vieux village est resté tel quel, cerné par ce paysage typique de terrasses et de clapas, façonné par des générations de paysans. Pratiquement inchangée depuis des siècles, l'architecture est remarquable avec ses maisons en alignement sur des ruelles étroites. L'origine du village remonte au moyen âge : en témoigne certaines habitations, des vestiges de remparts, le château du XIIe au XVIIe siècle. Le centre ancien est entouré de nombreux jardins en bordure de la Lergue. Ils tenaient autrefois un rôle fondamental dans une économie agro-pastorale, où la culture de la vigne et des arbres fruitiers ne représentait qu'une activité d'appoint.

Margon (Photo Michel Vincendeau sur http://www.mesvoyagesenfrance.com) : autrefois protégé par ses remparts encore visibles, deux portes donnaient accès au village. La grande porte dite porte de la Fontaine n'est plus visible mais la plus petite dite « Portalet » a su résister aux outrages du temps. Ce petit village très pittoresque est dominé par un château féodal aux vastes proportions, d'autant plus imposantes que le temps a donné à la pierre une teinte sombre à laquelle on n'est pas habitué en Languedoc. Autre élément inhabituel dans ce joli site : l'ardoise dont sont recouvertes les tours. A découvrir encore au nord ouest, le village viticole de Faugères.
Vieussan (Photo Famille Marill) : posé à flanc de coteau, entouré de falaises et de rochers à pic, le village domine un paysage de vigne déjà méditerranéen. On distingue la silhouette du Caroux, au fond de la vallée où l'Orb coule. Avec ses constructions en pierre sèche, ce village semble avoir été érigé il y a bien longtemps, il y est impossible d'y circuler en voiture d'ailleurs. De la tour le promeneur jouira d' un point de vue remarquable sur tous les Avants Monts. Il faudra enfin découvrir les terrasses du village qu 'une association a agrémentée d' anciennes variétés de roses.

Caux (Photo Emile Taillefer) : le village perché sur un rocher déroule sa circulade autour de son clocher porche. Il se signale au milieu des vignes et des bois sur le fond bleuté des monts de l'Espinouse. Le visiteur sera sensible au charme de ruelles composant le vieux village qui conserve son cachet médiéval : portes lombardes, remparts de basalte, arcades moulurées, fenêtres à meneaux, place pentagonale du vieux marché, passages à couverts.
http://www.caux.fr
Lunas : c'est un coquet village résidentiel niché au confluent du Gravezon, du Nize et du Dourdou. Il est dominé par le rocher du « Redondel », ancien emplacement d’un château fort célèbre (1118), appartenant au baron de Faugères Vicomte de Béziers, qui fit dire au Maréchal de Montmorency que la citadelle de Lunas était imprenable. Le château, théâtre d’un drame shakespearien au moment des guerres de religions, fut rasé en 1627 sur les ordres de Montmorency. Puis, Henry de Narbonne qui en est l’héritier reconstruira le château actuel, au bord du Gravezon en 1641. Ainsi, c'est une bourgade millénaire avec un riche patrimoine historique et naturel.
http://www.mairie-lunas.fr

Villeneuvette (Photo Michel Vincendeau sur http://www.mesvoyagesenfrance.com) : c'est un village entièrement ceints de murs dans lequel on pénètre par une des trois portes, l'une d'elles en pierre de taille supporte un portail sculpté qui rend honneur à la valeur capitale en ce lieu, le travail. Le village tout entier prit naissance à la création de la manufacture royale, fondée par Colbert en 1674, où l'on tissait la laine du Languedoc pour fabriquer des draps militaires. Peu à peu, le village s'est endormi, ce qui est peut être une chance car il est resté intact, il est aujourd'hui classé zone de patrimoine architectural urbain paysagé, ce qui en fait un monument historique dans son ensemble.
Lacoste : l’église paroissiale du village a été construite au XIIIe siècle. Dès le début, elle a aussi vocation défensive, ce qui lui donne un visage si particulier et une allure de forteresse plus que d’église. On notera notamment le chemin de ronde qui fait le tour du chevet et le clocher crénelé. L’intérieur est d’architecture gothique mais sobre : la nef à trois travées est voûtée d’ogives, ainsi que les chapelles qui furent ajoutées au XVe siècle.

Douch (Photo Nicolas Tormo) : les maisons du village et les diverses fermettes qui occupent le vallon s'intègrent merveilleusement, par la pierre qui les habille, aux rochers de la montagne partout présente. L'église romane décentrée donne la note monumentale qu'il faut pour parachever le tableau. Du village, le randonneur pourra prendre le sentier de randonnée pour rejoindre le petit hameau d'Héric, en haut des superbes gorges sauvages qui dégringolent vers la vallée de l'Orb, patrie de la cerise et de la douceur de vivre.
Avène : village à l’architecture circulaire blotti dans un méandre de la vallée sinueuse de l’Orb, Avène a su conserver son authenticité avec ses ruelles étroites surmontées de magnifiques porches. L’économie fut basée de tout temps sur une activité minière importante qui débuta sous la domination romaine et se prolongea jusqu’en 1954, date de fermeture des mines de La Rabasse. Mais c’est surtout la nature qui fait bénéficier ce village d’un de ses bienfaits : une eau issue des profondeurs de la terre languedocienne, qui en fait une cité thermale. A découvrir notamment à travers ses ruelles, l'église St Martin, le pont du XIIe siècle.
http://www.avene.net

Joncels (Photo Emile Taillefer) : perdu dans les montagnes, ce petit bourg médiéval conserve son aspect fortifié avec des maisons du XIIe siècle. La fondation au VIIe siècle d'un monastère bénédictin également fortifié, dont le cloître en grès rose date du XIIe siècle, lui donna un certain renom. Nationalisé à la révolution, le cloître fut transformé en place publique et servit de support à de nombreuses maisons. Un lieu déroutant et insolite puisque, à l'origine voué à la méditation, il sert désormais de scène de la vie de tous les jours.
Le Puech : le village situé sur un promontoire rocheux, tel qu'on le connaît aujourd'hui, est constitué de bâtiments construits en pierres locales rouges et en pierre noires volcaniques, ce qui donne un ensemble original et pittoresque. Le château du XIVe siècle conserve encore de beaux restes, notamment une porte surmontée du blason de l'ancien évêque de Lodève. L'église St Michel est des XIIe-XVe siècles mais son soubassement en arête de poisson semble indiquer un édifice préroman.

Ceilhes et Rocozels (Photo Michel Vincendeau sur http://www.mesvoyagesenfrance.com) : situé au pied des Cévennes sur la rive droite de l'Orb, le village a conservé des éléments de ses anciennes fortifications. L'église St Jean Baptiste est une massive construction romane du XIIe siècle fortifiée au XIVe siècle. Les ruelles étroites organisées selon un plan concentrique forment une atmosphère médiévale dans ce village. Elles convergent toutes vers la place du Griffoul où s'élève une belle fontaine du XVIIIe siècle.
http://www.ville-ceilhes.com
St Etienne de Gourgas : en bordure méridionale du Larzac, creusé dans les contreforts, le cirque du bout du monde constitue une véritable frontière géographique naturelle. Niché au pied de cirque, le petit village est ravissant avec ses maisons anciennes et restaurées dans le respect des matériaux d’autrefois. Le site est aussi composé d'un château celui d'Aubaigues, datant des XIVe et XVIIe siècles, qui constitue une demeure seigneuriale. Les Vignes et les jardins s’étendent sur une large bande fertile le long de la vallée de la Brèze.
https://saint-etienne-de-gourgas.com