Villages du Pays des Cévennes - Gard


L'atout majeur des Cévennes est sans doute l'attirance que suscite sa nature généreuse. Pourtant le patrimoine cévenol est tout aussi attachant. L'architecture, au service du quotidien, est un modèle d'intégration dans le paysage.

Petits ponts, chapelles, terrasses, escaliers, toitures reflètent l'âme du pays et font de la Voie Régordane un véritable chemin de la Tolérance.

Sites à découvrir :
http://www.portailcevennes.org
http://www.ot-cevennes.com
http://www.cevennes-tourisme.fr
http://www.causses-aigoual-cevennes.org
http://www.cevennes-montlozere.com

St Martial : il s'agit d'un pittoresque bourg cévenol perché, appartenant aux villages de caractère du Gard. Accroché aux flancs de la vallée du Rieutord, ce village cévenol laisse découvrir des vestiges féodaux et une église du XIIe siècle. Ce village perché montre de belles maisons typées, des passages voûtés et des ruelles en escalier typiques des vallées cévenoles. Le village est réputé pour la culture en terrasse de l'Oignon Doux des Cévennes (AOC) tout comme une grande partie de la Vallée du Rieutord. L'église est un chef d'œuvre de l'architecture romane : l’originalité de l'édifice réside dans l'emploi de matériaux en schiste, une pierre friable difficile à tailler.
Dourbiès : dans un cadre superbe, le village qui porte le nom gaulois de sa rivière, est certainement le plus cévenol des communes du plateau de l'Aigoual. Arrosé par la Dourbie, ce petit village appartenant aux villages de caractère du Gard, a de tout temps eu une vocation pastorale. A découvrir notamment la fontaine des Trois Ermites, l'église Notre Dame de l'Assomption construite entre 1883 et 1887 par tous les habitants de la commune, de même que le lac des Pises, site remarquable, propriété du Parc national des Cévennes qui en a fait un espace de protection de la nature et de transhumance pour les troupeaux des vallées cévenoles.

Lasalle (Photo Emile Taillefer) : il s'agit d'un typique village des vallées cévenoles construit en bordure de la rivière Salindrenque. Dès le XIe siècle, le site vit la présence de moines bénédictins qui créèrent un monastère sur un promontoire. Plusieurs filatures de la soie aujourd'hui désaffectées ou reconverties, témoignent du riche passé industriel du village. A voir, les nombreux châteaux ou gentilhommières qui surplombent la vallée.
http://www.lasalle.fr
Génolhac (Photo De Douve) : le village possède une église avec clocher à peigne et tour carrée de l'ancien château, tous deux du XIIe siècle. La Grande Rue bordée de maisons anciennes dont les façades ont été plusieurs fois remaniées entre les XIIe et XVIIe siècles, racontent l'histoire économique de la ville, tout comme l'Arceau construit au XVIe siècle en dehors des remparts pour abriter le marché. Au pied du village, le temple occupe l'emplacement d'un ancien couvent de Jacobin fondé en 1312 par la famille de Randon.
http://genolhac.fr

Vissec (Photo Alain André) : ce beau village perché situé dans les gorges de la Vis en amont du cirque de Navacelles, tire son originalité de sa rivière, la Vis, qui ne coule que lors de forte pluies. Elle s’infiltre à Alzon pour ressortire en aval de Vissec, à la source de la Foux ; les moulins situés à cette résurgence sont un lieu de promenade bien connu ; réhabilité par la commune de Vissec, ils abritent une exposition permanente qui retrace des siècles de civilisation caussenarde et donne une information complète sur la commune.
http://www.vissec.fr
Mialet : perdu au coeur d'une vallée sauvage et préservée, ce village appartient au coeur historique des cévennes. Avec les hameaux qui en dépendent notamment le Mas Soubeyran, il joua un rôle capital dans la guerre des camisards. On découvrira dans ce village de rustiques maisons cévenoles aux pierres nues pressées en arc de cercle le long d'un écart de la départementale qui traverse successivement les places de L'église, des Templiers et du Temple. Le village fait parti des villages de caractère du Gard.
http://www.mialet.net

Aumessas : ce village cévenol très pittoresque appartenant aux villages de caractère du Gard est composé de plusieurs hameaux et quartiers avec un habitat typique en granit et en schiste, à l'architecture riche et variée. Une partie de la commune est située en zone coeur du parc naturel régional des Cévennes. Dans le village, l'église du XIIe siècle et le temple érigé à l'origine au XVIIe siècle symbolisent la présence des deux religions : le village est au coeur d'un pays protestant qui s'est maintenu en dépit de plus d'un siècle de répression. A voir encore le château de la Rode remontant au XIVe siècle, demeure seigneuriale typiquement cévenole avec son magnifique escalier à vis et sa cheminée monumentale.
http://www.aumessas.fr
St André de Valborgne (Photo Emile Taillefer) : autrefois bourg commerçant au coeur d'une activité agricole et pastorale le village était une grosse paroisse rurale à l'habitat très dispersé, traversée par de nombreux chemins muletiers. Le village connut les guerres de religion, sa population ayant embrassé le parti de la Réforme. Peu à peu, un ensemble de façades bourgeoises s'est élevé de part et d'autre des quais du Gardon. Dans ce village, il faut découvrir l'église romane en schistes plats et galets, rénovée récemment et faisant partie du circuit des églises romanes. La place de l'église avec ses cafés ombragés, sa fontaine circulaire en schiste gris, invite le passant à faire une halte.
http://www.vallee-borgne.org

Valleraugue (Photo Martine) : les maisons du bourg se pressent derrière l'église. On y accède par des calades, à travers des petites rues étroites et montantes. Ces maisons sont bâties de pierres roulées par la rivière et de la chaux. Les rues étroites autrefois couvertes de cailloux polis par les eaux de la rivière sont de nos jours pavées. L'église St Martin actuelle fut construite au XVIIe siècle. Auparavant s ’élevait l'ancienne église paroissiale qui n'était sans doute que la chapelle du château datant de la fin du XIIe siècle.
http://www.valleraugue.fr
St Laurent le Minier (Photo Jean-Pierre Favand) : ce village est situé en bordure méridionale des Cévennes, à la frontière de l'Hérault et aux pieds du Causse de Blandas dans la partie basse de la vallée de la Vis. Avec ses nombreux ponts et son habitat caractéristique, dans un site où l'eau est omniprésente, le village demeure très pittoresque. La prospérité et l'essor du lieu sont dus à l'exploitation des mines et à l'industrie papetière, activités qui lui ont assuré au cours des siècles une célébrité dans tout le Languedoc et même au delà.
http://www.mairie-saintlaurentleminier.fr

Sumène (Photo Jacky Pénochet) : le vieux bourg, village fortifié, possède encore trois vieilles portes bien conservées et deux vieux ponts sur le Rieutord et le Récodier. Au gré des promenades dans les vieilles rues et sous les passages voûtés, le visiteur pourra découvrir une jolie église peinte, et dans la chapelle baptismale, un magnifique placard de l'école de menuiserie de Sumène.
http://www.sumene.fr
Montdardier (Photo Claude Vermale) : ce gros village à l'extrême ouest du département, est bâti au pied de son château édifié à la fin du XIXe siècle selon les plans de Violet le Duc et à l’emplacement d’une ancienne forteresse, plusieurs fois détruite et reconstruite qui commandait une grande voie de passage entre Causse et Cévennes.

Aujac (Texte Jean Bruchet) : situé dans la haute vallée de la Cèze, Aujac s'enorgueillit de posséder deux édifices inscrits à l'inventaire des monuments historiques : l'église romane datant du XIe siècle avec son clocher à peigne, typique de cette région, ainsi que le château du Cheylard d'Aujac situé légèrement à l'écart du village en surplomb de la "Cezarencha", ancienne route culturelle et commerciale du moyen âge qui longeait la vallée de la Cèze. En outre, ce château qui doit son bon état de conservation à son occupation continue a la particularité d'avoir gardé son ancien village castral, restauré avec soin par une association. Cet ensemble constitue aujourd'hui un des plus intéressants site médiéval des Cévennes.
http://aujac.fr
Bonnevaux (Photo Lucien Foissac) : ce très beau village préservé s'étage sur les flancs de la Cham de Bonnevaux, montagne située au nord est du Gard, à la limite de l'Ardèche. Les austères maisons de schiste, les ruelles étroites et les "faïsses" ou paysages en terrasses lui confèrent un caractère typiquement cévenol. En haut du village se dresse l'église romane. Coiffée d'un clocher à peigne, elle a été bâtie au XIe siècle en pierres de schiste.
http://www.bonnevaux-cevennes.fr

Aulas : le village est construit autour de l’église St Martin et a été fortifié au XIVe siècle. Une portion des remparts est d’ailleurs encore visible en bordure de rivière, il s’agit du Chemin Neuf. Ces remparts étaient percés de portes dont celle intacte de la Poterne au quartier du Mas Rouger. L’église démolie en 1646 et ses pierres servirent à paver les rues du village et à des constructions de maisons particulières. Une nouvelle église de style roman à trois nefs avec un clocher ogival a été édifiée en 1687.
Ste Croix de Caderle : commune de moyenne montagne dominée par le Mont Brion, le village est situé sur un petit plateau étroit. Ses maisons sont rassemblées autour d'une place et de l'ancienne maison curiale, avec, en position excentrée, son église romane. De nos jours temple protestant, la chapelle romane, dont une partie subsiste d'origine c'est-à-dire du XIIe siècle, est adjacente à des fortifications datant des guerres de religion. Bien que la première mention écrite date de 1384, elle fut probablement construite vers la fin du XIIIe siècle, peut-être à l'emplacement d'un édifice plus ancien.
http://www.saintecroixdecaderle.fr

Molières Cavaillac (Photo Emile Taillefer) : le vieux hameau pittoresque de Molières avec son église composite et ses vieilles maisons cévenoles, a connu aussi une activité importante industrielle et agricole à la fin du XIXe siècle. Plusieurs constructions témoignent de ces activités, une magnanerie sur la route de Bez et une filature rénovée à l’entrée du vieux village. Des chemins caladés, des lavoirs et un ancien moulin à huile sont en cours de réhabilitation. Les promeneurs peuvent apprécier le travail de rénovation en empruntant les circuits pédestres qui traversent le village.
http://www.molieres-cavaillac.fr
Bez (Photo Emile Taillefer, Texte Miguel Bravo) : hameau fusionné avec Esparon, Bez occupe un recoin de vallée en bordure de la route. C'est un village ramassé aux maisons en pomme de pain avec un patrimoine remarquable, méritant mention spéciale avec son château et son église d’origine XIIe siècle, mais remaniée à plusieurs époques. Les deux hameaux formant la commune de Bez et esparon sont reliés par un bout de chemin juste carrossable avec un dénivelé de deux cents mètres.

Esparon (Photo Emile Taillefer, Texte Miguel Bravo) : ce hameau formant avec celui de Bez la commune de Bez et Esparon, est un village funambule médiéval (cité déjà au XIe siècle), situé en haut d'un piton rocheux. Elle conserve ses maisons-balcons bien rénovées, ses restes de remparts et tours sarrasines, sa fontaine et sa chapelle d’origine XIe siècle, incendié lors des guerres de religion. Le site classé forme un ensemble particulièrement pittoresque.